En temps de pandémie, je prends une pause ou bien je me cherche un emploi?

Par : Mélissa Tremblay, conseillère en gestion de carrière

Avec la collaboration de Karine Shink et Valérie Blanchette-G., agentes aux communications

Ah! Cette pandémie! Quel choc, quel bouleversement dans nos vies! En plus des impacts qu’elle peut avoir sur nos vies personnelles, elle a aussi apporté de grands changements dans nos vies professionnelles. Perte d’emploi ou bien réaménagement des tâches, des horaires et des façons de travailler. À la maison ou au bureau, pour certains, c’est le chaos.

Mais comme dans chaque crise se cache une opportunité, ou encore, « au centre de la difficulté se trouve l’opportunité » d’après Albert Einstein, regardons les 3 étapes pouvant mener à l’obtention d’un emploi en temps de pandémie.

Étape 1 – Développer sa connaissance du marché du travail


On va se le dire, certains secteurs ont été durement touchés par la pandémie. L’idée d’une relance dans les secteurs du tourisme, de l’aéronautique, du spectacle et de l’événementiel est toujours incertaine. « L’enjeu principal est évidemment de favoriser le retour à l’emploi des “chômeurs pandémiques”, dont on estime le nombre à 193 000 au Québec » (1). « Il y a des personnes qui vont devoir passer d’un secteur au chômage à un secteur en besoin », mentionne le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet (2).

Ainsi, les travailleurs de ces secteurs devront dresser le portrait de leurs intérêts, valeurs et aptitudes afin de se réorienter le temps que la crise passe.

Dans les actions projetées par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, le ministre Jean Boulet explique : « On parle aussi de la promotion des formations pour développer des compétences, de formations de courte durée, [de] reconnaissance des acquis, d’alternance travail-études » (1). De plus, dans un communiqué paru le 26 novembre dernier, « Le ministre […] lance le Programme d’aide à la relance par l’augmentation de la formation (PARAF), une mesure ambitieuse de 114,6 millions de dollars, pour accompagner un plus grand nombre d’individus dans leur processus de requalification ou de rehaussement de leurs compétences. À terme, ce nouveau programme devrait profiter à près de 20 000 Québécois et Québécoises » (3).

L’idée de donner des formations et des passerelles par la reconnaissance des acquis offrirait aux personnes sans emploi l’opportunité de se réorienter en acquérant des compétences répondant au besoin du marché. Mais ce changement de carrière, qui peut ne pas être choisi, surtout en cette période, doit se faire en étant accompagné par des professionnels.

Nos conseillers d’orientation offrent un service de clarification d’objectif d’emploi qui sert exactement à répondre à ce besoin : celui de trouver des options B, C et D réalistes à votre situation.

Étape 2 – Clarifier son objectif d’emploi


Le rôle du conseiller d’orientation est d’accompagner ses clients dans la découverte d’eux-mêmes et dans leur exploration professionnelle. Cela permet aux clients de déterminer et de valider leur objectif professionnel.

Au cours de la démarche, nos conseillers d’orientation tiennent compte du bagage scolaire et professionnel, des intérêts, de la personnalité, des valeurs, des aptitudes et de la motivation de la personne, mais aussi des exigences et de la réalité du marché du travail. La réalisation de tests psychométriques, la discussion, des exercices de réflexion et des recherches sur des sites d’information scolaire et professionnelle sont autant d’outils utilisés par le conseiller pour vous guider dans cette démarche.

Une fois que vous êtes en possession d’un objectif clair et réaliste, il est maintenant temps de se mettre en action.

Étape 3 – Débuter sa recherche d’emploi


La recherche d’emploi en période de pandémie n’est pas si différente de la recherche d’emploi en temps plus normal.

En effet, votre carte de visite réside dans la présentation d’un CV ciblé et bien structuré. Il est important de vous questionner sur vos cibles d’emploi et de vérifier si le CV que vous avez reflète bien les compétences, connaissances et qualités exigées par le domaine ou le poste visé.

Autre étape fort importante, celle de s’assurer que ce CV est entre les bonnes mains. La grande différence en temps de pandémie réside dans le fait que les gens à contacter sont probablement en mode télétravail. On peut donc s’attendre à ce que le temps de réponse soit plus long qu’à l’habitude. Toutefois, les moyens pour rejoindre les entreprises sont les mêmes. Que ce soit inscrit à l’intérieur d’une offre d’emploi affichée, présenté sur le site Internet de l’entreprise ou accessible via LinkedIn, les moyens afin de trouver les personnes responsables d’un département ou bien du recrutement d’une entreprise sont multiples et facilement accessibles sur le Web.

Pour construire une boîte à outils de recherche d’emploi qui respecte les attentes du marché du travail, nos conseillers en gestion de carrière sont disponibles pour vous offrir un coaching qui répond à vos besoins.

Alors… je m’arrête ou bien je continue?


Pour conclure, cette période peut être utilisée comme une opportunité de faire un bilan, de se questionner sur le chemin parcouru jusqu’à maintenant et de voir toutes les options offertes pour le futur.

Notre équipe de professionnels vous attend afin de vous accompagner dans cet exercice, et ce, gratuitement.

Au plaisir de vous rencontrer!

(1) LÉVESQUE, Fanny. « Québec veut remettre à l’emploi les “chômeurs pandémiques” », [En ligne], La Presse, septembre 2020. [https://www.lapresse.ca/affaires/2020-09-19/covid-19/quebec-veut-remettre-a-l-emploi-les-chomeurs-pandemiques.php].

(2) BIRON, Pierre-Paul, et Diane TREMBLAY. « 100 emplois d’avenir : Le marché du travail divisé en deux par la pandémie », [En ligne], Le Journal de Québec, août 2020. [https://www.journaldequebec.com/2020/08/29/100-emplois-davenir-le-marche-du-travail-divise-en-deux-par-la-pandemie#:~:text=La%20pand%C3%A9mie%20a%20scind%C3%A9%20l,b%C3%A9n%C3%A9fici%C3%A9%20d’un%20nouvel%20%C3%A9lan.&text=De%20l’aveu%20m%C3%AAme%20du,en%20raison%20de%20la%20pand%C3%A9mie].

(3) MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI ET DE LA SOLIDARITÉ SOCIALE. (2020, 26 novembre). Le ministre Jean Boulet annonce près de 115 M$ pour la requalification de la main-d’œuvre. Repéré au https://www.quebec.ca/nouvelles/actualites/details/le-ministre-jean-boulet-annonce-pres-de-115-m-pour-la-requalification-de-la-main-doeuvre/#:~:text=main%2Dd’%C5%93uvre-,Le%20ministre%20Jean%20Boulet%20annonce%20pr%C3%A8s%20de%20115%20M%24%20pour,de%20la%20main%2Dd’%C5%93uvre&text=QU%C3%89BEC%2C%20le%2026%20nov.,r%C3%A9gion%20de%20la%20Mauricie%2C%20M.